Leçon N°3 : La liste des ingrédients (Vue d’ensemble)

Chapitre extrêmement important soulevant souvent des passions émotionnelles d’incompréhension sur lequel nous allons nous attarder en plusieurs parties

Qu’est ce qu’un ingrédient?

11033876_1686187828275700_5296945370996122541_n

 

l’INGRÉDIENT défini selon le point f) du paragraphe 2 de l’article 2 du règlement (UE) 1169/2011  du parlement Européen et du conseil du 25 octobre 2011f)

Capture.PNG30,1

 

Nous aborderons donc :
les additifs alimentaires,
les arômes,
les enzymes alimentaires,
les ingrédients composés 
les nanomatériaux manufacturés les préparations d’enzymes alimentaires
les substances/produits/denrées alimentaires

 

11033876_1686187828275700_5296945370996122541_n

Encore un peu de règlements pour les plus demandeurs

Toute la LISTE DES INGRÉDIENTS doit être indiquée selon l’article 18 du  règlement (UE) 1169/2011 et l’annexe VII du même règlement:

Capture.PNG30,2Capture.PNG30,3

On remarquera cependant que dans cet article au point numéro 1 les ingrédients  doivent être affichés dans l’ordre décroissant de leur importance pondérale. Aujourd’hui on parle même d’ingrédient primaire pour l’ingrédient le plus majoritaire 

Qu’est ce qu’un  «ingrédient primaire » il est défini selon le point  q) du paragraphe 2 de l’article 2 du chapitre 1 du règlement (UE) 1169/2011   DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 25 octobre 2011 concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires, modifiant les règlements (CE) n°1924/2006 et (CE) n°1925/2006 du Parlement européen et du Conseil et abrogeant la directive 87/250/CEE de la Commission, la directive 2000/13/CE du Parlement européen et du Conseil, les directives 2002/67/CE et 2008/5/CE de la Commission et le règlement (CE) N°608/2004 de la commission q) «ingrédient primaire»: le ou les ingrédients d’une denrée alimentaire qui constituent plus de 50 % de celle-ci ou qui sont habituellement associés à la dénomination de cette denrée par les consommateurs et pour lesquels, dans la plupart des cas, une indication quantitative est requise;

Attention  L’eau autre que l’eau minérale naturelle ou eau de source ( comme défini par la directive 2009/54/CE) peut ne pas être considéré comme ingrédient primaire selon l’article 26 même si il représente plus de 50 % d’une denrée

Exemple d’un étiquetage hahum pour le moins discutable …..

8824819351582

DESCRIPTION

Description: Mayonnaise | A l’huile d’olive | Mayonnaise à l’huile d’olive

INGRÉDIENTS

Huile de colza 61 %, huile d’olive raffinée 11 %, jaune d’OEUF salé 9 %, eau, huile d’olive extra vierge 6 %, MOUTARDE 4 % (eau, GRAINES DE MOUTARDE, vinaigre, sel, épices), vinaigre 4 %, extrait naturel de romarin, extrait de poivre

L’ingrédient majoritaire donc primaire est ici l’huile de colza !!!!, afficher mayonnaise à l’huile d’olive alors que il n’y a que 11% est trompeur et huile d’olive extra vierge  à 6 %  n’est pas correct !! .

L’étiquetage aurait dû être « Mayonnaise à l’huile de Colza »

ça c’est correct mais moins vendeur bien entendu

 Le point d) de l’article 7  Pratiques loyales en matières d’information, chapitre III du règlement (UE) 1169/2011   est bien clair à ce sujet… hahum

10,3


Actuellement en phase de test auprès des industriels, seuls les rappels de produits alimentaires sont mis à disposition des consommateurs via l’application iOS gratuite wikiconsumer. Les fonctionnalités seront progressivement étendues en fonction de l’évolution du projet.

Lecture et compréhension d’une étiquette leçon N°2: Dénominations avec mentions particulières

Arrêté Royal 12 mars 2002

Une fois que vous avez identifié ce que vous avez acheté à savoir la dénomination de la denrée alimentaire , vous devez savoir qu’il existe une série de mentions obligatoires selon les cas à côté de cette dénomination que nous allons repasser une par une.

Il y a 3 parties

11033876_1686187828275700_5296945370996122541_n

 

La partie A de l’annexe VI du règlement règlement (UE) 1169/2011 les reprends :

10.2

Capture.PNG21,1

reporter-v2 copy

1.L’état physique doit obligatoirement être mentionné à côté de la dénomination par exemple :

Lyophilisé

2059-0w600h600_Ciboulette_Lyophilisee_Bio

En poudre

1225105223

 

Concentré

IMG_1349

 

Fumé

fleury-michon-blanc-de-dinde-fume-4-tranches-fines-120-g-2109534

Surgelé

7546

 

presenta

Petite digression : Quelle est la différence entre un produit congelé et surgelé ?

quiz

Ici nous vous renvoyons à wikipedia car l’explication est très bien résumée pour une explication simple:

« …Les aliments renferment naturellement une grande quantité d’eau (80 à 90 %). La technique de congélation abaisse lentement la température (jusqu’à 24 heures) transformant ainsi cette eau froide en cristaux de glace. Ces cristaux finissent par perforer la paroi cellulaire des aliments, altérant ainsi leur texture mais aussi leur saveur (évaporation de l’eau et des arômes volatils, production par les micro-organismes de substances toxiques, modifications liées à des réactions enzymatiques et non enzymatiques, …).

La surgélation est une technique industrielle qui consiste à refroidir brutalement (quelques minutes à une heure) des aliments en les exposant intensément à des températures allant de -18 °C à -35 °C. Grâce à ce procédé, l’eau contenue dans les cellules se cristallise finement limitant ainsi la destruction cellulaire. Les produits ainsi traités conservent toute leur texture, leur saveur et peuvent être conservés plus longtemps[réf. nécessaire].

Il existe plusieurs procédés de surgélation ; on peut citer principalement :

  • la technique par contact, réservée aux aliments de faibles épaisseurs, est réalisée en introduisant un aliment entre deux plaques dans lesquelles circule un fluide à -35 °C ;
  • la technique par air est réalisée en exposant le produit à un courant d’air froid à très basse température (jusqu’à -35 °C) ;
  • la technique par immersion, adaptée aux produits de formes irrégulières, qui consiste à immerger l’aliment dans un fluide à très basse température tel que l’azote liquide.

Une fois surgelés, les produits doivent être stockés à une température inférieure ou égale à -18 °C1…. »

reporter-v2 copy

2.Une denrée alimentaire vendue décongelée est toujours obligatoirement mentionnée

composition-tarte-multi-fruits-rouges

 

pain frais

…pour une raison toute simple, pour vous avertir de ne pas recongeler le produit pour des raisons de sécurité alimentaire.

reporter-v2 copy

3.Un consommateur ALPHA sait qu’un aliment traité par rayonnement ionisant doit porter obligatoirement la mention suivante à côté de sa dénomination: « irradié » ou « traité par rayonnement ionisant ».

La denrée alimentaire ionisée est reconnaissable par le symbole suivant :

radura

 

irradiation

 

Un consommateur ALPHA sait… qu’il ne lui arrivera rien !

Le traitement par ionisation est accepté par le Comité scientifique de l’alimentation humaine.

Même si cela fait très peur, l’ionisation est utilisée pour réduire le nombre de micro-organismes pathogènes dans les ingrédients alimentaires, afin d’accroître la durée de conservation du produit final.

« Pourquoi mes fraises sont irradiées alors que la directive 1999/3/CE ne parle que des épices des aromates et des condiments…
Ceci explique peut-être mes boutons scrofuleux sur mon visage… Haaaa !!! »

fraises_irradiees

Vos boutons n’ont rien à voir et doivent provenir vraisemblablement de votre acné juvénile…

En revanche la directive 1993/CE est une directive et par conséquent pas encore un règlement Européen applicable pour tous les états membres de manière universelle. Chaque état membre peut dans un cadre légal défini par un arrêté ministériel (France) ou un arrêté royal (Belgique) allonger la liste des denrées alimentaires conformément à l’article 4, paragraphe 6, de la directive 99/2/CE.

Ainsi en France : Arrêté du 20 août 2002 relatif aux denrées et ingrédients alimentaires traités par ionisation (voir la liste : document)
Ainsi en Belgique 12/03/2002 | Arrêté royal relatif au traitement par ionisation des denrées et ingrédients alimentaires (voici le lien pour la liste, tout en-bas de l’arrêté: Arrêté Royal 12 mars 2002 )

Vous pouvez manger vos fraises… irradiées.

 

reporter-v2 copy

4. Un ingrédient utilisé pour la substitution est un succédané et dois obligatoirement être indiqué à côté de la dénomination

27783

44950

Ceci est rendu obligatoire pour éviter les confusions du consommateur, une belle photo d’une part de pizza dégoulinante en apparence de fromage fondu n’est pas nécessairement du fromage ,

 téléchargement (3)

téléchargement (2)

il faut que la dénomination fromage soit indiquée de façon formelle sur l’étiquette sinon regardez attentivement la contre-étiquette, cela peut être un succédané comme le lygomme ( composé de 3 amidons (E410, E412, E417, E407) qui est un substitut de fromage  qu’on appelle par ailleurs « fromage » analogue ou succédané de fromage. Ce n’est pas nocif mais ce n’est pas du fromage…

reporter-v2 copy

 5. Un produit à base de viande, une préparation  de viande, un produit de la pêche dans le quel on a rajouté des protéines, doit obligatoirement être mentionné avec l’origine 

Voici un exemple bien étiqueté

front.5.full

reporter-v2 copy
6. Des produits à base de viande ou des préparations à base de viande qui contiendrait plus de 5 % d’eau doit obligatoirement être indiqué à coté de la dénomination

Voici un exemple de piège, ils se sont sont bien gardés d’ajouter la teneur en eau …..

RTEmagicC_foodwatch_Leclerc_change_etiquette_1_jpg
reporter-v2 copy
 7. Les produits à base de viande et de pêche, les préparations de viandes qui donnent l’impression d’être fait avec des morceaux entiers mais qui en réalité sont des morceaux liés par des préparations des enzymes, des ingrédients, des additifs doivent obligatoirement avoir la mention « viande reconstituée » ou  » poisson reconstitué « 

L’exemple ci-dessous est très limite puisque la mention est indiquée au niveau de la liste des ingrédients et que sur la face principale ne l’on indique seulement « au filet de poulet »

IMG_2165IMG_2166

 

 

presenta

Petite digression : Quelle est la différence entre préparation et transformation?

quiz

Transformation, Produits transformés et non transformés définis selon les points  n), et o) paragraphe 1 à l’article 2 du RÈGLEMENT (CE) N° 852/2004 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 relatif à l’hygiène des denrées alimentaires

« m) « transformation »:  toute action entraînant une modification importante du produit initial, y compris par chauffage, fumaison, salaison, maturation, dessiccation, marinage, extraction, extrusion, ou une combinaison de ces procédés;

n) « produits non transformés »: les denrées alimentaires n’ayant pas subi de transformation et qui comprennent les produits qui ont été divisés, séparés, tranchés, découpés, désossés, hachés, dépouillés, broyés, coupés, nettoyés, taillés, décortiqués, moulus, réfrigérés, congelés, surgelés ou décongelés;

o) « produits transformés »: les denrées alimentaires résultant de la transformation de produits non transformés. Ces produits peuvent contenir des substances qui sont nécessaires à leur  fabrication ou pour leur conférer des caractéristiques spécifiques »

Préparation en accord avec la liste des procédés traditionnels de préparation de denrées alimentaires de l’annexe II RÈGLEMENT (CE) N°1334/2008 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 16 décembre 2008 relatif aux arômes et à certains ingrédients alimentaires possédant des propriétés aromatisantes qui sont destinés à être utilisés dans et sur les denrées alimentaires et modifiant le règlement (CEE) n°1601/91 du Conseil, les règlements (CE) n°2232/96 et (CE) n°110/2008 et la directive

« ANNEXE II

Liste des procédés traditionnels de préparation de denrées alimentaires :


Hachage Enrobage
Chauffage, cuisson, friture (jusqu’à 240 °C sous pression atmosphérique) et cuisson en autocuiseur (jusqu’à 120 °C)
Refroidissement
Découpage
Distillation/rectification
Séchage
Émulsification
Évaporation Extraction, y compris l’extraction au solvant, conformément à la directive 88/344/CE
Fermentation
Filtration
Broyage
Infusion
Macération
Processus microbiologiques
Mélange
Épluchage
Percolation
Pressurage
Réfrigération/congélation »
Torréfaction/grillage

Pressage
Trempage

11033876_1686187828275700_5296945370996122541_n

La partie B de l’annexe VI du règlement règlement (UE) 1169/2011 concerne les mentions particulières sur les viandes hachées et leur teneur en matières grasse:

Capture.PNG21,2

reporter-v2 copy

< 20 % Matière grasse Viande hachée Boeuf

280x280-1418397598-59ccbd150b

<7 % Matière Grasse viande hachée Maigre

 

000000000000014137_P

11033876_1686187828275700_5296945370996122541_n

Capture.PNG21,4

reporter-v2 copy

>7 %  Matière Grasse viande hachée Maigre ( exemple viande d’importation, dont les critères ne sont pas les mêmes qu’en Europe)

Une viande hachée n’a pas forcément la même signification d’un pays à l’autre. Dans ce qu’on appelle une viande hachée maigre, il faut qu’il y ait maximum 7% de matières grasses, si un pays décide de mettre en vente une viande hachée maigre qui contient plus de 7% de matières grasses, alors il devra mettre sur l’étiquette une marque nationale qu’on ne pourra pas confondre avec une autre

20120916ay_1357586750440_fra

 

La partie C de l’annexe VI du règlement règlement (UE) 1169/2011 concerne les mentions particulières sur les boyaux des saucissons :

11033876_1686187828275700_5296945370996122541_n

Capture.PNG21,3

reporter-v2 copy

Si vous mangez par exemple un saucisson dont le boyau n’est pas comestible, le fabricant devra l’indiquer également.

L’exemple ici est bien indiqué

IMG_2150

Lecture et compréhension d’une étiquette N°1 : Identification de la denrée alimentaire

La première chose que vous faites lors de vos achats c’est identifier la denrée alimentaire

Souvent par ignorance, par distraction par confort le consommateur achète une marque pensant avoir identifier  le produit ce qui peut parfois amener parfois le consommateur à se tromper

11033876_1686187828275700_5296945370996122541_n

La réglementation règlement (UE) 1169/2011 est très précise à ce sujet

2 articles y font référence

Article 17 de la section 2 du règlement (UE) 1169/2011 Dénomination de la denrée alimentaire

10.1

Annexe VI du présent règlement (que nous allons reprendre par la suite et illustrer par des exemples)

10.2

 

Le nom d’une marque c’est coca cola, coca cola en soi ne signifie rien, en revanche sa dénomination: limonade aux extraits de végétaux signifie quelque chose.
Autre exemple : la dénomination de vente peut être « eau minérale naturelle » et la marque peut être Evian, Vittel, Spa…..

 

1467445_1688578594703290_3570870328279750407_n

Un consommateur ALPHA identifie toujours la denrée alimentaire avant d’acheter une marque commerciale…

elf-beta copy

 

Un consommateur BETA achète d’abord une marque commerciale en croyant avoir identifié la denrée alimentaire ….

Identifier permet d’éviter des « astuces » de producteur qui focalise votre attention sur ce qu’ils veulent bien vous montrer par des tours de passe-passe

Pour illustrer, voilà comment se présentait cette marque avant que la Feta (son identification) ne devienne une AOP (appellation d’origine protégée) :

11539747_1688238448070638_8285258784244272587_n

Petite parenthèse: Une AOP ( appellation d’origine protégée) est identifiable par le macaron suivant ( nous reviendrons par la suite sur les différents macarons, logos) :

11143519_1688249714736178_5236869441805469374_n

Un fois que l’AOP est rentrée en vigueur en 2005, pour rester dans un cadre légal, le mot Feta a bien entendu et correctement disparu,

1908120_1688238464737303_7155304586335213337_n

et c’est très bien mais il faut retourner la barquette pour identifier la dénomination fromage au lait de brebis pasteurisé origine France et c’est aussi très bien mais enfin…, pour donner une image :

Angela Merkel, c’est Allemand…
Angelos Merkoulos, ça reste toujours Allemand…ça fait Grec mais ce n’est pas Grec

11033876_1686187828275700_5296945370996122541_n

Le point d) de l’article 7  Pratiques loyales en matières d’information, chapitre III du règlement (UE) 1169/2011 est bien clair à ce sujet… hahum

 

10,3

elf-qualité

Conclusion : Identifier la denrée alimentaire par sa dénomination, son nom usuel, son nom descriptif est essentiel.

On n’identifie pas un produit par sa marque (règle d’or). Le terme « fromage » est une dénomination, le mot « vache qui rit » n’est pas une dénomination

En effet, un industriel peut changer la composition d’un produit et donc sa dénomination et donc son identité au consommateur tout en l’indiquant légalement sur l’étiquette de façon discrète pour rester dans un cadre légal mais tablant sur l’ignorance voir la naïveté du consommateur qui a l’habitude d’acheter cette marque.

Et les marques internationales ne sont pas en reste et peuvent faire des farces… ex: Martini en Belgique , c’est bien du Vermouth (sa dénomination) selon le règlement CELEX_31991R1601_FR_TXT point a) du paragraphe 2 de l’article 2.

Le vermouth Martini en Belgique c’est James bond regardant Bo Derek sortant de la mer en bikini.

En revanche Martini en  France, c’est devenu une boisson aromatisée à base de vin (une autre dénomination) selon le règlement CELEX_31991R1601_FR_TXT point b) du paragraphe 1 de l’article 2, très bon produit mais c’est plus du Vermouth Helmut .

En France, c’est plus James Bond , c’est Dujardin dans OSS117 ( c’est sympa mais ça fait moins rêver) .

Les consommateurs achètent la marque et n’identifient plus le produit par habitude malgré le fait que ce soit indiqué correctement sur l’étiquette … à l’arrière … cqfd.. donc soyez attentif

Où trouver ses catégories de denrées alimentaires ?

Elles sont reprises dans la partie D de l’annexe II du règlement (UE) N° 1129/2011 de la commission du 11 novembre 2011 modifiant l’annexe II du règlement (CE) N°1333/2008 du Parlement européen et du Conseil en vue d’y inclure une liste de l’Union des additifs alimentaires CELEX-32011R1129-FR-TXT

illustration:

11.2

Si vous revenez dans l’introduction de ce blog (du 10 septembre), nous avons illustré le visuel pédagogique que nous vous proposons en tant que consommateur.

Capture

Alphaconsumer est par ailleurs une formidable plateforme de marketing par la communication pédagogique pour les industriels afin de pouvoir mettre en avant leur savoir faire

Alphaconsumer n’est pas un exutoire pour altermondialistes frustrés…

Alphaconsumer a l’ambition de rechercher un équilibre entre des consommateurs avisés honnêtes avec leurs critères avec des entreprises honnêtes soucieuses réellement de la transparence

Nous proposons donc  aux industriels (qui désirent être transparent par la pédagogie) à travers notre plateforme d’expliquer leur produit pour éviter toutes ambiguïtés par des formulaires comme illustrés succinctement  :

 

11.1

Nous avons veiiler au confort des responsables qualités et des responsables en communication des entreprises , il y a toujours une petite lampe d’Aladin avec un glossaire leur permettant de compulser

11.3 :

 

Si vous appuyez notre démarche, veuillez nous encourager ou nous suggérer des critiques constructives

J’aurai l’occasion de vous montrer d’autres exemples

Introduction : les étiquettes

En regardant une étiquette comme celle indiquée avec le fromage fondu (voir ci-dessous), qui ne s’est pas posé la question de savoir par quoi commencer ?

IMG_2105

Qu’est-ce qui est indiqué ? Qu’est-ce qu’ils veulent dire ? Je ne comprends rien même si j’arrive à lire l’étiquette ci-dessus… Mais keskidi ?

Souvent, on se contente du prestige de la marque, du prix et éventuellement du nombre de calories – surtout quand on monte à 120 en moins de deux secondes sur une balance… Et croyez-moi, je sais de quoi je parle…

Pourtant vous devez savoir que les mentions obligatoires sur l’étiquette sont rigoureusement réglementées par le règlement (UE) 1169/2011.

Ce règlement est véritablement un fil d’Ariane pour le consommateur ALPHA.

Celui-ci reprend au-moins 14 points importants à communiquer, à indiquer sur l’étiquette si la denrée alimentaire est concernée par ceux-ci.

Cette démarche de l’étiquetage est récurrente pour toutes les entreprises dans l’alimentaire.

Ces 14 points repris dans ce règlement sont les suivants:

  1. Dénomination / Nom usuel / Nom description
  2. Liste des ingrédients
  3. Liste des allergènes
  4. Quantité de certains ingrédients ou catégories d’ingrédients
  5. Quantité nette
  6. Date de durabilité minimale ou date limite de consommation
  7. Conditions de conservation ou conditions d’utilisations
  8. Nom ou raison sociale et adresse de l’exploitation du secteur alimentaire
  9. Pays d’origine ou lieu de provenance
  10. Mode d’emploi
  11. Titre alcoométrique volumique acquis
  12. Déclaration nutritionnelle
  13. Mentions obligatoires complémentaires
  14. Mesures nationales sur les mentions obligatoires complémentaires

Nous avons présenté aux industriels désireux d’être transparent une plateforme informatique www.alphaconsumer.org. En complétant différents formulaires, ils peuvent illustrer et expliquer de manière la plus complète possible leur étiquette.

Vous, consommateur, de votre côté, retrouvez tous les renseignements qui vous intéressent et présentés de manière pédagogique.

 Exemple: mon fournisseur vend une bouteille de Tequila (l’exemple est virtuel)

Capture.PNG5

CLIC (sur mention légale)

Capture.PNG4

CLIC (Sur dénomination)

Capture.PNG1

CLIC (sur règlement et la section apparait)

Capture.PNG2

CLIC (et ainsi de suite)

Alphaconsumer vous propose au fil de petites approches souvent illustrées de les reprendre un par un et de vous les commenter à partir de la réglementation, afin de faire de vous des consommateurs acteurs, des consommateurs alpha… des consommateurs qui dominent leurs achats

1467445_1688578594703290_3570870328279750407_n

et non plus des acheteurs qui les subissent, des consommateurs Beta :

elf-casquette copy